Actualités scientifiques

Santé

Du fentanyl dans les drogues

Plus connu sous les noms de China Girl ou Apache, le fentanyl a été décelé dans plusieurs drogues de rue, notamment l’héroïne, la cocaïne ou les médicaments contrefaits.

Le Fentanyl étant sans odeur ni goût, il est difficile à détecter par le consommateur. Pourtant, ce puissant analgésique est environ 100 fois plus toxique que la morphine et peut entrainer la mort avec seulement deux milligrammes de consommation, voire sans même le consommer. Le Fentanyl se présente généralement sous la forme de comprimés, mais il peut être en poudre ou liquide et le fait d’en inhaler ou d’en toucher est extrêmement dangereux.

Les symptômes d’une surdose se caractérisent notamment par une somnolence grave, une respiration lente, un bleuissement des lèvres et des ongles ou encore une peau froide et moite. Si ces signes surviennent, il est indispensable d’obtenir des soins médicaux d’urgence en appelant le 911.
Source: Santé Canada.

Nutrition

Fruits sans valeurs

Une étude réalisée par le chercheur Brian Halweil du Worldwatch Institute a démontré que certains fruits et légumes actuels ont cent fois moins de vitamines que ceux d’il y a 100 ans. La pomme, par exemple, a perdu la quasi-totalité de sa vitamine C. Il a également démontré qu’un brocoli de 1950 équivaut à 4 de 2015, tandis qu’une pêche en vaut aujourd’hui 26! Pour les mêmes apports, il faut aujourd’hui ingurgiter beaucoup plus de calories.

Cet appauvrissement a des réactions en chaîne puisque les céréales dont se nourrissent les animaux sont également plus pauvres en zinc, cuivre et fer. Par conséquent, le lait perd en acides gras essentiels.

Le site TerraEco explique que l’espoir qui viendrait des aliments bios. À conditions climatiques égales, ces fruits et légumes contiennent significativement plus de vitamine C et de fer (entre autres).
Sources: santenutrition.net, TerraEco, Brian Halweil.

Environnement

Semence

En mai 2017, le journal britannique The Guardian avait titré «La chambre forte anti-apocalypse de l’Arctique inondée. Merci, réchauffement climatique». Un titre accrocheur pour une information pas tout à fait exacte.

Il existe en Arctique une Réserve mondiale de semences utilisée comme garantie en cas de catastrophe écologique. 2016 a connu des températures anormalement élevées additionnées à de fortes pluies. Néanmoins la réserve est intacte, les infiltrations d’eaux se sont produites dans un tunnel conduisant à l’antichambre d’entreposage.

Cette antichambre est située à 100 mètres sous une montagne et maintenue à une température sous zéro degré. Les infiltrations d’eau ont donc gelé.

Cet événement a été un signal d’alarme pour les concepteurs du projet et le gouvernement norvégien, qui a annoncé vouloir renforcer le tunnel. Avec le réchauffement climatique, cet incident n’est pas à prendre à la légère.
Source: Agence Science-Presse.

Psychologie

Soigner le climato-scepticisme

On qualifie les personnes qui ne croient pas au réchauffement climatique, comme Donald Trump, de climatosceptiques. Ces gens usent de tactiques de désinformation afin de rallier le reste de la population à leurs croyances.

Les chercheurs John Cook, Stephen Lewandowsky et Ulrich Ecker ont tenté de vacciner les gens contre les climatosceptiques. Ils ont montrés à 1 500 personnes un texte comportant les deux points de vue sur le réchauffement climatique.

La moitié du groupe avait été informée auparavant que 97% des climatologues s’entendent pour dire que cette situation est réelle et l’autre moitié avait été informée du « faux équilibre » apporté par les médias qui recherchent toujours à donner une importance égale à tous les points de vue dans la couverture des événements, avantageant ainsi les climatosceptiques.

Les candidats ayant reçus le message de « vaccination » concernant le « faux équilibre » étaient moins influencés par le texte déséquilibré.
Source: Agence Science-Presse

Biologie

Éviter les OGM dans l’assiette

Actuellement, l’industrie alimentaire canadienne n’est pas tenue d’informer le consommateur sur la présence d’organisme génétiquement modifié (OGM) dans ses produits. Il existe quelques trucs pour les reconnaître dans votre panier d’épicerie.

Le coton, le maïs, le canola et le soja représentent à eux seuls 99% des OGM dans le monde. Ces aliments servant principalement à nourrir les animaux d’élevage. Les cultures de fruits et de légumes génétiquement modifiées sont rares et ne sont même pas encore commercialisés au Québec. Il n’existe pas non plus de viande génétiquement modifiée.

La majorité des OGM consommés dans la province sont issus d’aliments transformés comme la farine et l’amidon, des ingrédients que l’on retrouve dans les biscuits par exemple. Par contre, les étapes de transformations des ingrédients comme la cuisson et la digestion détruisent la majorité des OGM des produits d’origine.
Source: Agence Science-Presse

Soyez le premier à commenter