Amélie Prévost

amelie-prevost-bistro-ste-cathUne fois par mois, le bistro Ste-Cath vit une émulation particulière pendant le spectacle de monologue poétique. Le public est différent, plus engagé, plus investi dans l’événement et le défend bec et ongle. Si t’aimes pas ça, ben t’es mieux de pas commencer à parler et à faire du bruit. Sinon, sacre ton camp. Le pauvre Patrick Joseph a le souvenir d’échauffourées dans la salle où il a dû intervenir pour calmer les ardeurs. Loin de ressortir de cette soirée avec une chemise en lambeau, cette fougue et ce côté engagé font tout le charme des soirées d’Amélie Prévost.

Amélie est encore jeune, mais possède déjà une carrière des plus impressionnantes. Couronnée deux fois championne montréalaise de compétitions de slam, tournage dans des émissions de télé telles que Les Bougons ou des pièces de théâtre comme Six mois avant Noël ou Tout le monde peut jouer Feydeau, sans parler de ses innombrables spectacles de spoken-word qu’elle diffuse à travers le pays. Amélie est inépuisable, alors ne vous étonnez pas qu’elle attire un public à son image.

Si la demoiselle a un beau minois, c’est pour mieux prendre par surprise son public, car ses textes sont « aussi beaux que vulgaires » explique le gérant du bistro. Loin de pencher dans la facilité des textes gras, Amélie soigne ses mots et ses thématiques. Elle traite de réalités sociales comme le corps de la femme, les femmes sans enfants, les relations amoureuses, la liberté, etc. Le tout dans un français bien du Québec. Sachez qu’Amélie ne joue pas, elle parle à son public et « avec une conscience de bien nuancer les choses » se dit-il au Ste-Cath. Une sensibilité qui rejoint le cœur.

Quand elle vient au bistro avec Philippe, son acolyte et guitariste, le plan de match n’est pas laissé au hasard : d’avril 2015 à novembre 2015, ils ont pour mission de venir à chaque session au Ste-Cath avec de nouveaux textes à tester. L’objectif final : préparer un spectacle pour partir mettre le feu au restant de la province. Autant vous dire que ça brasse dans les chaumières quand le duo est dans Hochelag’.

Cette émulation, les deux artistes la sentent jusque sur la scène. « Le bistro est un lieu sympa où l’on est proche du public, dit Amélie. À la fin du spectacle, on est là et les gens peuvent nous donner leur opinion. Mais surtout, on le ressent en direct sur la scène quand des textes ne passent pas. On voit les visages. »

Pendant ses visites mensuelles, Amélie vient avec une partie de ses fidèles. Pour les pauvres quidams pris au dépourvu, ils n’ont plus d’autre choix que d’écouter et d’être touché par ce duo. Fonctionnant comme « un mariage sans communication » comme dirait Patrick, la synergie entre les deux partenaires de scène est évidente. Pendant les performances, chacun effectue sa part, plongé dans l’œuvre. Pas un regard ne s’échange. En revanche, entre les performances, la vraie nature du duo ressurgit et apparaîssent la complicité et l’humour d’Amélie et Philippe.

Le Ste-Cath a l’honneur de roder le spectacle Ma langue dans ton oreille d’Amélie Prévost et de son musicien Philippe Lonergan. Un événement unique dans Hochelaga-Maisonneuve.

Le Bistro socialement engagé

Avec son ambiance chaleureuse et sa cuisine mariant terroir et création, Bistro Le Ste-Cath offre une scène culinaire et artistique de choix.

Que les artistes soient issus des arts visuels ou littéraires, underground ou conventionnels, le Bistro sera le point de rencontre des arts à Montréal.

Son personnel accueillant aura à cœur de vous faire vivre la plus agréable des expériences. Profitez de sa terrasse et de sa salle pour apprécier l’ambiance et les spectacles.

Bistro Le Ste-Cath est idéal pour les soupers entre amis, les mariages, dîners d’affaires…

100% des profits reversés

Bistro Le Ste-Cath est le nouveau né de l’organisme communautaire Journal de la Rue.

Actif depuis près de 25 ans dans l’intervention auprès des jeunes marginalisés, l’organisme s’est diversifié au fil du temps pour devenir également une couveuse d’artiste.

Sa galerie située au Café Graffiti, au 4237 rue Ste-Catherine Est, est également un milieu de vie pour les jeunes. Qu’ils fassent de la danse, du graffiti, de la musique… tous y trouvent une place pour s’exprimer.

Au fil du temps, l’organisme a évolué pour soutenir les jeunes et les a aider à se professionnaliser. Aujourd’hui, ils produisent, exposent… et sont reconnus dans leur domaine !

Bistro Le Ste-Cath est la continuité naturelle du Journal de la Rue.

Raymond Viger, directeur général : « Manger au Bistro Le Ste-Cath permet de soutenir l’intervention auprès des jeunes. 100% des profits sont reversés au Café Graffiti. »

Amélie Prévost au Ste-Cath, souper spectacle

Le succès de ses pièces Six mois avant Noël, Tout le monde peut jouer Feydeau (collaboration avec Annie Girard) ou Les grosses geishas (collaboration avec Mélissa Dion Des Landes) a renforcé son besoin de joindre l’écriture au jeu.

Autres dossiers complémentaires

Bénévolat

Commerce équitable