Gérald Tremblay

Gérald Tremblay et le Journal de la Rue

Ville de Montréal

Je suis heureux d’offrir mes meilleurs vœux à toute l’équipe de rédaction du Journal de la Rue. Je félicite ses responsables pour leur détermination à poursuivre un travail éminemment important pour l’ensemble de notre collectivité, en favorisant le développement d’une société plus humaine. Je ne voudrais pas oublier les lecteurs. Ils jouent un rôle important en contribuant à la vitalité et au succès du Journal.

Cela fait 10 ans déjà que le Journal de la Rue a entamé son travail d’information, d’intervention et d’accompagnement en particulier auprès des jeunes. Il remplit un vide en consacrant une bonne partie de ses pages aux jeunes trop souvent marginalisés ou isolés et en sensibilisant la population aux problématiques qui les concernent.

Les jeunes doivent pouvoir pleinement participer à la vie de notre société et à la définition de son avenir, avoir des moyens de s’exprimer. Nous devons connaître leurs besoins et surtout ils doivent pouvoir occuper pleinement leur place dans notre société. Nous ne pouvons nous passer de leurs idées, de leurs rêves. Ils représentent la société de demain dans laquelle nous allons vivre.

Longue vie au Journal de la Rue.

Le maire,
Gérald Tremblay

Une porte d’entrée sur Ste-Catherine Est

Avant de se présenter comme candidate à la mairie d’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve pour le compte du parti de Gérald Tremblay, Union Montréal, Claire Saint-Arnaud a occupé la fonction de conseillère d’arrondissement dans le district Maisonneuve-Longue-Pointe pour Vision Montréal. Dossier Gérald Tremblay

Gérald Tremblay, magazine Box Gym et la publicité d’un politicien

La télévision nous présente une annonce d’un match de boxe de Magazine Boxe gym. Jusque-là, pas de quoi faire un billet. Mais quand j’ai vu le maire de Montréal Gérald Tremblay jouer au boxeur dans ce commercial j’ai commencé à me questionner. Dossier Gérald Tremblay

La série Montréal-Québec du graffiti

La Ville de Montréal met sur pied un programme anti-graffiti en 1996. L’objectif de supprimer totalement les graffitis est perçu comme quoi il fallait mettre en prison et éliminer les jeunes qui font du tag et du graffiti. Cet objectif est modifié l’année suivante pour une approche plus globale de la problématique en misant sur la prévention. Dossier Gérald Tremblay

Soyez le premier à commenter