Historique du magazine

 Depuis 1992, l’organisme publie Le Journal de la Rue, un recueil de textes d’information et de sensibilisation, un témoignage des gens de la rue et fait connaître les ressources pouvant intervenir.
 
En 2000, la demande constante des organismes et des citoyens en région pour recevoir le Journal de la Rue nous amène à faire un virage important. Le Journal de la Rue devient plus qu’un recueil de textes, il prend dorénavant la forme d’un magazine qui compte des abonnés partout à travers le Québec. De plus, le magazine devient le soutien financier de l’intervention auprès des jeunes qui fréquentent le Café Graffiti.
 
Initialement imprimé à 24 pages en noir et blanc sur du papier journal, la couleur fait son apparition. Ensuite, le papier journal est remplacé par du papier alternatif, plus blanc et plus épais. Une nouvelle section de 8 pages en couleur fait passer la revue de 24 à 32 pages. Une couverture glacée sera rajoutée pour ramener le magazine à 36 pages. Des infographes se joignent à l’équipe pour lui donner une nouvelle orientation graphique.
 
Au départ, le Journal de la Rue était rédigé exclusivement par des travailleurs de rue et des citoyens souhaitaient partager leurs témoignages. Une équipe journalistique se forme autour de la revue pour intensifier les débats et la qualité des textes.
 
Le journal, initialement imprimé à 5 000 exemplaires et distribué gratuitement devient un magazine de référence pour les écoles, les organismes communautaires et les différents lieux de réflexion sociale.
 En 2004, le Journal de la Rue change de nom et devient Reflet de Société.
 
Pour permettre une meilleure diffusion des textes et les rendre accessibles à tous, ceux-ci sont archivés sur Internet et classés par thème social. Nos textes sont utilisés par les ministères de l’Éducation du Québec ainsi que de l’Ontario comme textes de références pour la prévention et l’apprentissage du français. L’archivage électronique permet aussi aux lecteurs de pouvoir commenter les textes et alimenter la réflexion.
 
La maison de sondages Crop révèle que le magazine Reflet de Société compte 491 000 lecteurs à travers le Québec. Ceux-ci, âgés de 12 à 92 ans, sont répartis dans toutes les régions du Québec.
 
Reflet de Société a été nominé magazine de l’année par l’Association québécoise des éditeurs de magazine (AQEM) et a remporté plusieurs prix journalistiques.

Soyez le premier à commenter