Anglophones : l’accès aux services

-

Même si les anglophones des Cantons-de-l’Est se plaignent souvent de leur manque d’accès aux services, une fonctionnaire de carrière ayant travaillé dans la région pendant des décennies assure que ça n’a pas toujours été le cas.

Traduction de l’anglais : Simon-Claude Gingras

« Toutes proportions gardées, les anglophones des Cantons-de-l’Est disposent de plus de services que les francophones », fait remarquer Louise Gagné, retraitée d’Immigration-Québec ayant travaillé longtemps à ses bureaux estriens.

Les anglophones bénéficient en quelque sorte des vestiges structuraux régissant les services sociaux qui prévalaient dans les années 50 et 60, lorsqu’ils constituaient à peu près la moitié de la population des centres urbains des Cantons-de-l’Est. Depuis 1976, observe-t-elle, plusieurs de ces anglophones ont quitté les Cantons, « ce qui est normal, puisqu’ils ont perdu leur statut privilégié » à mesure que la société québécoise changeait. Mais la structure de certains services sociaux est demeurée intacte.

PayWall2

Ce contenu est réservé aux membres

Abonnez-vous pour avoir accès à tous les contenus de Reflet de Société.

Abonnez-vous

OU

Accéder à notre contenu gratuitement pendant 10 jours!

Inscrivez-vous!

Si vous êtes déjà abonné, veuillez vous connecter pour accéder à l'article.


Articles Liés

Coup d'œil

spot_img

En vidéo

La consommation de porno chez les hommes

Nous Suivre

1,007FansJ'aime
475SuiveursSuivre
6,823SuiveursSuivre

Abonnez-vous à l’infolettre