Capsule de français : Viens mon chou, mon bijou, mon joujou, sur mes genoux, et jette des cailloux

-

« Viens mon chou, mon bijou, mon joujou, sur mes genoux, et jette des cailloux à ce hibou plein de poux! » Est-ce que cette phrase vous évoque quelque chose? Il s’agit d’une astuce mnémotechnique conçue afin d’aider les gens à mémoriser la règle des noms en -ou qui se terminent par la lettre x au pluriel plutôt que par la lettre s. En effet, de manière générale, les noms en -ou prennent un s au pluriel comme clous, fous et voyous. Toutefois, cette phrase ludique expose les sept exceptions à cette règle, soit choux, bijoux, joujoux, genoux, cailloux, hiboux et poux.

Un texte de Paméla Vachon | Dossier Éducation

Origine

L’origine de ces exceptions ne semble pas faire l’unanimité parmi les chercheurs. Toujours est-il que la majorité d’entre eux s’entendent sur une version assez similaire. Cela aurait commencé au Moyen Âge alors que tous les mots se terminant en -ou prenaient seulement un s au pluriel. C’était le cas notamment de cette plante qu’est le chou qui s’écrivait chol au singulier et chous au pluriel.

Tout était donc relativement stable jusqu’au moment où des scribes, nom donné aux rédacteurs de l’époque, ont décidé de remplacer la finale de certains mots pluriels en -us par un x dans le but d’économiser du parchemin. C’est à partir de ce moment qu’ils ont commencé à écrire chox à la place de chous.

Cependant, la lettre u a été rétablie dans ces mots par la suite afin de mieux tenir compte de la prononciation qui était restée « chou malgré le temps et la nouvelle graphie, ce qui nous donne l’orthographe actuelle choux au pluriel. Chacun des mots en -oux ont ainsi un parcours particulier.

Changer la terminaison

Comme les changements dans la langue et l’orthographe se produisent généralement sur une longue période de temps, il n’y a rien d’étonnant dans le fait que certains grammairiens parlent de changer la terminaison plurielle en x de ces sept exceptions depuis au moins le début du XXe siècle. Ces grammairiens proposent de remplacer le x final de ces pluriels au profit d’un simple s, afin d’uniformiser la formation du pluriel de ces mots avec ce qui a déjà cours en français.

Condamné l’accord

L’Académie française, institution veillant sur la langue française en France, a même condamné l’accord des sept pluriels en -oux en 1908. Toutefois, comme vous pouvez le constater, cela n’a rien changé, car, même si c’est un débat de longue date, l’être humain est souvent réfractaire au changement et il accorde à la langue une valeur sentimentale très forte. Ainsi, il est difficile d’y imposer ou d’y modifier quoi que ce soit sans avoir de réactions fulminantes de la part de plusieurs. Pour mieux comprendre, on n’a qu’à penser aux rectifications orthographiques de 1990. Dans ce cas-ci, même si cela fait presque trente ans qu’elles ont été adoptées, il y a encore des gens qui s’y opposent, non pas par méconnaissance des règles, mais bien par refus du changement.

Verdict

Quoi qu’il en soit, d’accord ou pas d’accord, la règle des sept noms en -ou se terminant par un x au pluriel a toujours cours en français. Verrons-nous le jour où ces exceptions seront véritablement rectifiées? Seul le temps nous le dira!

27 capsules sur les difficultés de la langue française sont présentées par l’humoriste Fred Dubé.

Articles Liés

Coup d'œil

spot_img

En vidéo

La consommation de porno chez les hommes

Nous Suivre

1,007FansJ'aime
475SuiveursSuivre
6,823SuiveursSuivre

Abonnez-vous à l’infolettre