0,00 CAD

Votre panier est vide.

Combattre la sextorsion par l’éducation

-

Les experts sont unanimes : la meilleure arme contre la sextortion, c’est la prévention. « Il faut s’adresser directement aux ados. Dans le scénario idéal, le jeune irait se confier à un adulte de confiance. Mais dans les faits, ce n’est pas ce qui se passe dans la plupart des cas. Ils ont peur, honte, et veulent se débrouiller seuls », constate René Morin, porte-parole du Centre canadien de protection de l’enfance.

Depuis quelques années, l’organisation observe d’ailleurs une augmentation marquée des signalements venant de jeunes de 12 à 17 ans.  Face à la complexité du problème, elle a décidé de créer plusieurs ressources éducatives pour les jeunes, les familles et les écoles (voir encadré).

Amélie Sauvé, spécialisée dans l’éducation à la sexualité des enfants et des adolescents, déplore le manque d’éducation sexuelle dans les écoles du Québec. « Il y a un gros manque de connaissances de base, par rapport au consentement, à la séduction et aux impacts de la technologie », croit la sexologue. 

Les cours d’éducation sexuelle sont de retour dans le milieu scolaire, mais leur application est encore approximative. Les ressources manquent à l’appel ou, souvent, les enseignants – qui n’ont pas été formés – sont mal à l’aise de discuter de sexualité avec leurs étudiants.  

Les parents, des alliés 

Le rôle des parents est aussi central dans la prévention et la protection des jeunes. Amélie Sauvé travaille de près avec les parents de ses clients enfants ou adolescents. Elle remarque que les adultes ont souvent peur et sont aussi désemparés que leurs enfants. « Le parent doit être éduqué aussi, à commencer par tout ce qui a trait au contrôle parental. Dès sept ou huit ans, les enfants sont sur Tiktok ou peuvent tomber sur du contenu pornographique en ligne ou sur des sites de jeux », prévient-elle. 

L’interdiction complète des plateformes numériques n’est cependant pas souhaitable. « On peut instaurer certaines limites, mais interdire n’est pas la meilleure option. Il ne faut pas prendre des décisions régies par la peur ou le choc ». Elle conseille avant tout aux parents de s’asseoir avec leurs enfants et de comprendre le monde technologique avec lequel ils fraient.         

Vous n’êtes pas seuls:

www.tefaispassextorquer.ca

Cette ressource aborde la sextorsion en s’adressant directement aux jeunes, avec humour. On les invite à télécharger des « meme » de « rat-taupe nu » à envoyer quand on leur fait une demande de photo intime sur internet. 

www.aidezmoisvp.ca

Une ressource qui s’adresse directement aux jeunes en leur offrant des outils pratico-pratiques pour se sortir du pétrin. Par exemple, la procédure détaillée pour demander aux réseaux sociaux de retirer des images, avec des messages à copier-coller en bonus.

www.parentscyberavertis.ca

Il est difficile pour les parents de rester à l’affut des nouvelles tendances technologiques. Cette plateforme offre de l’information sur les intérêts sans cesse changeants des jeunes internautes, les risques auxquels ils sont confrontés et les mesures à prendre pour les en protéger.

À lire également:

Combattre la sextorsion par l’éducation

Combattre la sextorsion par l’éducation
Takwa Souissi
Journaliste indépendante

Articles Liés

Coup d'œil

spot_img

En vidéo

Quelques chiffres sur le racisme au Canada

Nous Suivre

1,007FansJ'aime
463SuiveursSuivre
7,096SuiveursSuivre

Abonnez-vous à l’infolettre