0,00 CAD

Votre panier est vide.

La communauté gaie masculine est-elle misogyne ?

-

La misogynie est une forme de mépris à l’égard des femmes. Nous avons vu dans l’article sur le féminisme que les hommes homosexuels seraient globalement plus sensibles à la lutte pour l’égalité des sexes que les hommes hétérosexuels. Mais certains travers de la société patriarcale survivent-ils dans la communauté gaie ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons décidé de continuer nos entretiens, ceux-ci se concentrant cette fois sur les dynamiques à l’œuvre au sein de cette communauté. Les personnes interrogées sont des hommes homosexuels ayant autour de 22 ans. 

Un texte de Sarah Langot – Dossier Sexualité

« Leur patriarcat intériorisé les laisserait penser qu’ils ont tous les droits sur les femmes »

Raphael revient sur le fait que sa communauté a longtemps souffert d’une forte discrimination et de multiples comparaisons avec les femmes. Il rencontre très régulièrement des homosexuels qu’il qualifie de misogynes, car ils nieraient totalement la souffrance des femmes. D’après lui, il y en aurait d’autres qui se considèrent comme étant les égaux des femmes. Ainsi, ils se permettraient d’avoir des attouchements déplacés, utilisant comme prétexte leur homosexualité afin d’être dédouanés de toute imputabilité quant à une agression sexuelle commise aux dépens d’une femme. En somme, « leur patriarcat intériorisé les laisserait penser qu’ils ont tous les droits sur les femmes », dit-il. Il est certain qu’il y a de la misogynie au sein de sa propre communauté.  Il considère que cette dernière place la féminité et les femmes en bas de l’échelle. Par exemple, elles ne seraient pas acceptées dans des lieux réunissant une majorité d’hommes homosexuels. Les personnes transgenres seraient également très discriminées. De plus, les hommes gays ayant un comportement se rapprochant de la norme féminine seraient moqués et mis de côté. D’après lui, c’est un milieu prônant la « chasse à l’homme efféminé ». Le but serait de se rapprocher le plus possible du comportement de l’homme hétérosexuel cisgenre. En lui ressemblant, ils adopteraient sa façon de penser, celle-ci étant généralement misogyne, à son avis.

« Ils sont tous modelés sur des bases sexistes »

Killian nous confie que le racisme et la transphobie sont prédominants dans la communauté gaie masculine. Sous prétexte de faire partie d’une minorité, certains dévoileraient un comportement discriminant, soit raciste et transphobe. Il dénonce également l’existence d’une haine envers les hommes gays « efféminés ». Il précise que les membres de la communauté qui sont racisés ou « efféminés » risqueraient de subir plus de discriminations que les hommes homosexuels blancs et virils. Il évoque la présence de tendances misogynes ancrées au sein de la communauté. D’après lui, à partir du moment où un individu fait partie de la gent masculine, peu importe son niveau d’éducation, il se développerait sur des bases sexistes. De plus, prétextant leur absence d’attirance pour les femmes, certains se permettraient d’agir de manière indécente à leur égard. Il pense avoir déjà eu ce genre de comportement, mais il tente de ne pas le reproduire dans son quotidien.

« Les gays trop « efféminés » renforcent le stéréotype »

Mathieu pense que les gays trop « efféminés » renforcent le stéréotype. Par « stéréotype », il fait référence à l’image qu’aurait la population sur un plan global de l’homme homosexuel. Ce stéréotype engendrerait de l’homophobie, selon lui. Lorsqu’on l’interroge sur la présence éventuelle de personnes victimes de discrimination au sein de la communauté gaie masculine, il répond : « les gays masculins en subissent à cause des gays tafioles, et les gays tafioles en sont victimes parce qu’ils incarnent trop le cliché, donc, bien fait pour eux ! » Sur la question de la misogynie dans la communauté, il soutient qu’on y retrouve principalement de la grossophobie, des jugements par rapport à la pilosité ou au physique, mais qu’il n’y a absolument pas de misogynie.

« Je n’aime pas les racistes, je n’aime pas les misogynes, donc je n’aime pas la communauté gaie »

Chris se dit « frustré » par la communauté dont il fait partie. Il indique que cette frustration émane du fait qu’elle soit raciste. Mais aussi, précise-t-il, les hommes la constituant seraient «  femphobes » et misogynes. D’après lui, il s’agirait d’une communauté qui favorise particulièrement un individu s’il est blanc, aisé et « bien foutu ». Il dit qu’il n’aime ni les racistes ni les misogynes, et qu’en conséquence, il n’aime pas la communauté gaie masculine. Étant un homme noir et efféminé, il subirait de sérieuses discriminations. « Je vois qu’on trouve cela moins attirant. Je vois que ma couleur de peau et ma culture dérangent. Cette communauté déborde de racisme, et on l’excuse, car c’est une communauté qui vit des discriminations. Pourtant, elle voit les handicapés comme n’étant pas attirants. Soit elle fétichise les racisés, soit elle les méprise. Il m’arrive d’entendre des phrases comme : “tu es beau pour un Noir, parce que de base je ne suis pas attiré par les Noirs”. Ils pensent que c’est un honneur d’être perçu comme étant beau par un homme gay blanc. Nous sommes discriminés parce que nous sommes efféminés. La raison en est qu’un grand nombre d’hommes gays sont écœurés par l’évocation des femmes, comme si ne pas être attirés par elles justifiait leur dégoût. Puisqu’ils les considèrent comme étant répugnantes, ils transfèrent ce comportement sur les hommes qui se rapprochent de la norme féminine. » Il termine en disant que la communauté gaie masculine serait remplie d’hommes cisgenres. Ces derniers verraient le monde de la même manière que les hommes cisgenres hétérosexuels.  Cependant, certains points concernant leur perception d’eux-mêmes changeraient en raison de leur homosexualité.

Articles Liés

Coup d'œil

spot_img

En vidéo

La consommation de porno chez les hommes

Nous Suivre

1,007FansJ'aime
475SuiveursSuivre
7,064SuiveursSuivre

Abonnez-vous à l’infolettre