Confessions d’une femme normale

-

Un texte de Lewis Gagnon

Éloïse, 26 ans, nous partage sans censure son éducation sexuelle à travers sa première bande dessinée, Confessions d’une femme normale. Si vous cherchez une histoire pleine d’humour, de leçon et de questionnement, je vous conseille de jeter un œil à cette œuvre d’une artiste montréalaise. 

C’est à l’âge de 11 ans qu’Éloïse a fait la découverte de sa sexualité. Elle écoutait un film avec sa famille et une scène érotique est apparue à l’écran. C’était la première fois qu’elle ressentait de drôles de papillons. Elle demanda donc à sa mère: « Maman!? Pourquoi j’ai des papillons dans le poupou!? ». N’ayant pas reçu d’éducation sexuelle de la part de ses parents, elle a commencé à faire ses propres recherches et ses expériences, surtout avec l’aide de la pornographie. Elle en est vite devenue dépendante, mais a aussi eu beaucoup de questionnements et de honte. C’était le début de son aventure avec la sexualité.

Éloïse partage dans ce livre ses premières expériences avec sa sexualité. De son premier baiser plein de bave, le premier toucher d’une érection et de la terreur du pénis. Étant encore vierge au secondaire, la jeune fille sentait beaucoup de pression autour d’elle. Elle s’est rendu compte plus tard que ses amies étaient dans la même situation. Nous pouvons bien reconnaître ce malaise de jeunesse, où nous voulons toutes avoir l’air « cool », mais au fond nous sommes toutes un peu terrifiées par la sexualité. Nous suivons ensuite son histoire vers un amour d’été qui a mal viré, arrêtant par la suite au CÉGEP, là où elle va affronter sa peur des pénis tête première, littéralement. 

L’autrice montréalaise nous partage ensuite quelques expériences sexuelles, que plusieurs femmes sauront sûrement reconnaître. Elle illustre sa rencontre avec une main d’homme trop baladeuse, malgré sa demande d’arrêter. Une fois où elle s’est fait droguer dans un party où elle connaissait tout le monde. Pour elle, le sexe « c’est de la grosse marde » parce qu’elle n’a pas trouvé quelqu’un à l’écoute de ses besoins. Elle questionne sa sexualité parce que la chimie passe tellement mieux avec les femmes. Comment passer une expérience d’un soir pour combler ses désirs sans se sentir dégueulasse ?

Se protéger

Elle aborde du même coup le soutien féminin. Dans un party, une amie l’a vue « être sur une autre planète », elle l’a raccompagnée chez elle afin qu’elle soit saine et sauve. Elle dit notamment à ce sujet : « Des fois, ça me fait de la peine que les hommes n’aient pas ce réflexe de se protéger entre eux ». Il est assez triste d’entendre que les femmes doivent se protéger entre elles de la menace que représente de rencontrer un homme. C’est de cette menace qu’a découlé le fameux « texte-moi quand t’arrives », que les femmes se disent entre elles lorsqu’une s’apprête à rentrer, afin de s’assurer qu’elle est bien arrivée chez elle sans souci.

Une chose qui est bien représentée dans cette bande dessinée, ce sont les hauts et les bas de la sexualité. Éloïse nous partage ses envies comme ses craintes et ses traumatismes. Trouver une personne qui est à l’écoute de ses besoins m’a l’air assez compliqué pour une femme hétérosexuelle. Je pense que ça pourrait faire réfléchir bien des hommes sur la façon dont ils traitent les femmes au lit. Elle aborde aussi le sentiment de se sentir invincible à notre jeune âge, mais que les ITSS sont toujours présentes et qu’il est important de se protéger.

Confessions d’une femme normale est un livre très facile à lire, très bien illustré, amusant, comique, mais qui renferme aussi beaucoup d’informations pertinentes sur la sexualité. Si, comme Éloïse, vous n’avez pas eu beaucoup d’éducation sexuelle, vous pourriez vous retrouver dans son personnage et apprendre à travers son histoire. Je le conseillerais surtout aux jeunes femmes mais aussi aux jeunes hommes. Je crois aussi que les bandes dessinées sont souvent reliées à la littérature jeunesse, mais elles peuvent renfermer autant d’informations, si ce n’est pas plus, grâce aux illustrations. Si vous cherchez une bonne lecture, n’allez pas trop loin, c’est Confessions d’une femme normale qui vous faut. 

Crédit: Éloïse Marseille et les Éditions POW POW


Autres Critiques littéraires:

Articles Liés

Coup d'œil

spot_img

En vidéo

La consommation de porno chez les hommes

Nous Suivre

1,007FansJ'aime
475SuiveursSuivre
6,801SuiveursSuivre

Abonnez-vous à l’infolettre