Deux nouvelles éditions du magazine lancées au Bistro le Ste-Cath ! ** ANNULÉ **

** Par respect des consignes et en vue des nouvelles mesures prises par le gouvernement Legault, le Bistro Le Ste-Cath sera fermé jusqu’au 28 octobre inclusivement. Tous les événements prévus sont, donc, reportés ou annulés. Au plaisir de vous voir lorsque la situation le permettra ! ** 

Photoreportage sur la pauvreté, accident de vélo, dossier sur les médias sociaux, désinformation, autisme, violence conjugale et le périple d’un réfugié syrien sont parmi les sujets abordés dans les deux nouvelles éditions de Reflet de Société. Pour l’occasion, l’équipe du magazine organise un 5 à 7 au Bistro le Ste-Cath, le 9 octobre prochain, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

« En regardant la photographie d’une personne inconnue, on ne peut pas deviner sa situation personnelle ou financière. Mais on peut deviner le sentiment, l’émotion qui l’habite », souligne le photographe Étienne Langlois qui a voulu mettre en lumière les multiples visages de la pauvreté.

Le Directeur général du magazine, Raymond Viger, signe un éditorial sur la place du français dans l’industrie aéronautique au Québec. Avant de consacrer sa vie à l’intervention de rue, M. Viger a notamment été chef pilote et instructeur de vol pendant cinq années.

Le dossier sur les médias sociaux donne la parole aux milléniaux et aux personnes âgées.  Pour les jeunes de la communauté LGBTQ+, les réseaux sociaux deviennent un exutoire pour partager une réalité bien différente et se sentir mieux acceptés.

Née de parents atteints de surdité, Damme souhaite briser les tabous sur les personnes sourdes. « Mes parents ont peut-être rencontré des frustrations parce que j’étais leur fille et que j’en savais peut-être plus qu’eux. Est-ce qu’ils ont accepté leur condition ? Probablement, mais ils se sentent souvent impuissants », explique l’auteure-compositrice-interprète.

Quant à Ahmed, un réfugié syrien, il a quitté son pays d’origine lorsque la révolution a éclaté en 2011.  Il s’est exilé en Turquie, en Grèce, en Belgique avant d’atterrir à Montréal. Tout ça alors qu’il n’était âgé que de 19 ans. « Je n’avais pas le choix de fuir. Si je restais en Syrie, soit j’allais dans l’armée, soit je me faisais capturer par les djihadistes », raconte-t-il.

Pour plus d’informations et de reportages sur des enjeux socioculturels, venez discuter avec les artisans de Reflet de Société en récupérant votre copie du magazine.

Mesures sanitaires

Notez bien : Admission gratuite. Dû à la distanciation sociale imposée par le coronavirus qui diminue la capacité de la salle, il est important de réserver votre place au (514) 223-8116. Les nouvelles règles sanitaires s’appliquent. N’oubliez pas d’apporter votre couvre-visage. Le Bistro Ste-Cath est un restaurant avec licence d’alcool. Vous devez donc manger une bouchée si vous voulez consommer de l’alcool.

Prochains événements au Bistro Le Ste-Cath
Mais bien plus qu’un Bistro, Le Ste-Cath est aussi socialement engagé : 100 % de ses surplus sont reversés à la communauté.

26 septembre : Présentation de la nouvelle cuisine du Bistro le Ste-Cath (17 h)

26 septembre : Solovox 20e anniversaire ; bal masqué (19 h)

1er au 3 octobre : Week-end Blues International avec Jim Zeller (20 h)

4 octobre : Hommage à Vice Verses avec vernissage de Monk. e (19 h)

9 octobre : Atelier sur la prévention du suicide (9h30 à midi)

14 octobre : Le Cabaret des sorcières. Animation : Judith Lussier (18 h 30)

16 octobre : Marginal et fier de l’être, lancement d’un nouveau livre pour le Journal de la Rue (17 h)

24 octobre : Poésie, contes (paroles de chansons) avec Ian Fournier (19 h)

30 octobre : #SuivezLeMouvement spécial HALLOWEEN (18 h 30)

31 octobre au 9 novembre : MTL à Table (à venir) 

11 novembre : Le Cabaret des sorcières. Animation : Judith Lussier (18 h 30)

16 décembre : Le Cabaret des sorcières. Animation : Judith Lussier (18 h 30) 

Écriture, jeunesse, santementale, coronavirus, covid19

Déconfine tes pensées : un projet d’écriture et de résilience pour les jeunes

L’auteur-slameur et porte-parole du Mouvement Santé mentale Québec, David Goudreault, effectuera le 8 octobre avec d’autres artistes, en direct sur Facebook, une première lecture publique de textes rédigés par des jeunes de 12 à 25 ans dans le cadre du projet d’écriture Déconfine tes pensées. Un beau clin d’œil au confinement vécu en raison de la pandémie COVID-19.

« On désire faire entendre vos mots dans l’espace public à travers nos voix. On souhaite savoir ce que vous avez ressenti pendant cette crise, ce que vous ressentez en ce moment. Tout est bienvenu ; écrivez en vers, en prose, des nouvelles, en inversé, en sanscrit, en calligramme, en slang… on veut vous entendre ! », explique David Goudreault.

Le non-concours s’inscrit dans la Campagne annuelle de promotion de la santé mentale Ressentir c’est recevoir un message du Mouvement Santé mentale Québec. Le niveau de stress, d’anxiété et de désespoir a généralement augmenté avec le confinement. Plusieurs jeunes sont retournés aux études avec le plaisir de revoir leurs amis, mais en devant s’adapter au contexte quotidien dans les écoles. Le Mouvement Santé mentale Québec souhaite donner la parole aux jeunes en vue de favoriser leur résilience et réduire à long terme les effets nocifs de la pandémie sur leur santé mentale.

« Tout est permis. Tu peux simplement écrire des mots ou des phrases qui te viennent à l’esprit, les uns à la suite des autres. Tu peux aussi écrire un poème, un slam, une histoire. Tu n’as à suivre aucune consigne de grammaire (ponctuation, syntaxe, etc.) ou de style. Tu es libre d’écrire ce que tu veux comme tu le veux ! », souligne le dépliant de Déconfine tes pensées.

Pourquoi un projet d’écriture ? 

Le projet d’écriture offre à notre cerveau une opportunité de découvrir nos forces et de nouvelles stratégies d’adaptation. Il permet aussi de procéder à une introspection sur le positif amené par le confinement.

Pourquoi écrire ? Écrire aide à mettre de l’ordre dans ses pensées. Écrire sur des sujets émotionnels importants produits des effets bénéfiques sur la santé. Écrire apporte des bienfaits sur la santé physique et mentale. Écrire ses sentiments développe la résilience.

Consignes 

  • Faire parvenir les textes à campagne@mouvementsmq.ca entre le 1er septembre et le 15 décembre 2020. Bien indiquer dans la case « Objet » : Projet d’écriture ;
  • Au bas des textes, écrire le nom ou les initiales, l’âge, la municipalité et une adresse courriel de l’auteur ;
  • Pour les intervenants : Tenir uhttps://youtu.be/jt7w51uXkBkn minimum de trois séances d’écriture de 15 à 30 minutes chacune. Les recherches démontrent que l’effet bénéfique de l’écriture augmente avec le nombre des séances.

Les professeurs, les organismes jeunesse et les familles sont invités à s’approprier le projet pour encourager la participation des jeunes. Pour plus de détails, visitez le site web du projet Déconfine tes pensées et écoutez les conseils de David Goudreault.

Week-end Blues; Le roi de l’harmonica au Bistro le Ste-Cath ** ANNULÉ **

** Par respect des consignes et en vue des nouvelles mesures prises par le gouvernement Legault, le Bistro Le Ste-Cath sera fermé jusqu’au 28 octobre inclusivement. Tous les événements prévus sont, donc, reportés ou annulés. Au plaisir de vous voir lorsque la situation le permettra !

Le parrain du blues de la métropole, James Tyrone Zeller (mieux connu sous le nom Jim Zeller), montera sur la scène du Bistro le Ste-Cath le samedi 3 octobre à compter de 20 h à l’occasion du Week-end Blues International de Montréal. 

L’artiste originaire de Sainte-Agathe-des-Monts interprétera des chansons qui figurent, entre autres, sur son récent ouvrage Blues from Another Planet, lancé le 7 mai 2019.  La parution de son sixième album en carrière soulignait ses 40 ans de métier. 

«Je vais bientôt remplir le formulaire de pension de vieillesse ! Mais qu’est-ce que tu penses que je vais faire ? Vendre des souliers ? Je n’ai jamais rien fait d’autre de toute ma vie que de jouer de l’harmonica et de chanter», avait-il dit à l’aube de son 65e anniversaire dans un communiqué.

Le porte-parole des Week-end Blues International de Montréal a joué de l’harmonica avec des dieux de la musique, tels que B.B. King et Bob Dylan. Il a aussi accompagné Jean-Pierre Ferland, Boule Noire, Nanette Workman, Michel Pagliaro, Robert Charlebois et Éric Lapointe.

Véritable bête de scène, Jim Zeller donne plus de 150 concerts par année. L’artiste n’a jamais perdu sa fougue. « Pourquoi changer ? Je suis qui je suis. Il est trop tard pour changer ; mes racines blues et rock and roll sont toujours là. Je vais toujours être l’extraterrestre de quelqu’un d’autre ! »

Tous les événements du Week-end Blues International de Montréal auront lieu sur la scène du Bistro le Ste-Cath. Trois soirées de blues à mettre à votre agenda !  Admission gratuite pour tous, mais les places sont limitées. 

Les nouvelles règles sanitaires s’appliquent. N’oubliez pas d’apporter votre couvre-visage. Veuillez réserver au (514) 256-9000 du lundi au vendredi entre 9 h et 17 h.

Programmation du Week-end Blues International de Montréal (sous toutes réserves)

Jeudi 1er octobre : Miche Love/J. Milaire & Andrée Dupré

Vendredi 2 octobre : Ria Reece/Gab Pazilla 

Samedi 3 octobre : Isabelle Godmer/Jim Zeller  

balado-feminisme-femmes-inegalites-sociales-racisme

Un balado pour favoriser une prise de conscience collective

L’R des centres de femmes du Québec propose depuis le 1er septembre une série de balado mensuel traitant de l’actualité d’un point de vue féministe et inclusif. Avec On brasse de L’R, le Regroupement redouble d’ardeur pour mettre en lumière les conséquences des inégalités sociales en donnant une voix à toutes les femmes. 

Dans le premier épisode, la chargée de projet de l’organisme, Marie-Pier Kouassi, parle des pratiques inclusives en lien avec les mobilisations Black Lives Matter et de la récente vague de dénonciations au Québec.

La brutalité policière, le racisme, les inconduites et les agressions sexuelles faisaient déjà partie du quotidien des milieux antiracistes et féministes avant leur mise en lumière l’été dernier, mentionne-t-elle dans l’enregistrement audio.

« C’est important d’écouter, d’ouvrir l’œil ainsi que l’oreille et d’être en mesure d’accepter que, parfois, on ait des comportements qui peuvent contribuer à l’invisibilisation de certaines personnes », souligne-t-elle en s’adressant principalement aux travailleuses des centres de femmes, mais aussi à la population en général.

Selon elle, on doit ouvrir la conversation, écouter toutes les voix, croire les victimes et ne pas prendre le tout personnellement pour avoir des milieux les plus inclusifs que possible. « Le vrai changement viendra de cet éveil collectif, de cette véritable prise de conscience et de cette responsabilisation », dit-elle.

Qui décidons-nous d’écouter? À qui donnons-nous de la légitimité? Qui se retrouve à la première page d’un journal ou d’un magazine? « Ce n’est pas tout le monde qui a cette chance. Même à travers une vague de dénonciation un peu plus démocratique et plus répandue, on se rend compte qu’on n’écoute pas tout le monde à la même hauteur », souligne Marie-Pier Kouassi.

Le prochain balado, qui sera mis en ligne le 1er octobre prochain, traitera de l’écoféminisme avec Valérie Gilker Létourneau, co-coordonnatrice de l’organisme. Les épisodes sont disponibles sur Spotify et Soundcloud. 

%d blogueurs aiment cette page :