Fabien, le Poète Rebelle, et son double lancement

-

Par Colin McGregor

Dossier Culture 

Il y avait un double lancement pour Fabien le Poète Rebelle, nom de scène de l’artiste Fabien Boily, le 20 octobre au Tambour du Ste-Cath, 4264 rue Ste-Catherine est, Montréal, à 17 heures : Le lancement de son recueil de textes, Pensées déshabillées ; et de son album de 13 pièces musicales, intitulé Mise à nu, au sein desquelles l’artiste donne vie à quelques-uns de ses textes.

Un pléonasme, selon le dictionnaire Larousse, est : « La répétition dans un même énoncé de mots ayant le même sens, soit par maladresse (par exemple descendre en bas), soit dans une intention stylistique (par exemple : Je l’ai vu, dis-je, vu, de mes propres yeux, vu [Molière]). » 

Ce qui soulève la question : un « Poète Rebelle » est-il un pléonasme ? Parce que la plupart, sinon tous, les poètes sont des rebelles. Lorsque je vais à des lectures de poésie au Tambour le Ste-Cath et ailleurs, les poètes qui se produisent à ces occasions ne respectent généralement pas les règles.

Je suppose qu’il existe des poètes non rebelles, et qui ont traversé l’histoire : ceux qui créent des hymnes nationaux, ou des poètes lauréats officiels qui célèbrent les membres de la royauté et les victoires militaires avec des hymnes aux puissants et aux importants.

Fabien n’est définitivement pas un poète lauréat. Au début de son tome, il nous informe : Je ne m’enferme pas dans les dogmes, stéréotypes ou courants de pensée sociétaires. Dans un autre de ses écrits, il déclare : Aucun chef d’Église, d’État ou de quoi ce se soit ne dictera ma façon de faire… 

Il est son propre homme, avec un parcours unique et un style poétique qui change de poème à poème. Il n’y a pas deux poèmes de suite dans son recueil qui sont identiques dans leur structure littéraire. 

Mais c’est définitivement un parolier parce que ses strophes sont telles des partitions de chant. Beaucoup de ses lignes riment, et même dans ses écrits prosodiques, il y a un rythme, un beat. Chaque écrit, poème ou prose, est une entrée dans un de ses propres mondes. C’est très « théâtral », comme observe un autre membre de l’écurie des poètes de la maison Éditions TNT, Jean-Simon Brisebois. C’est aussi très accessible, écrit clairement, sans recours à des mots trop recherchés.

Et la clarté est évidemment importante pour cet homme, qui voit ses propres mots publiés dans un livre pour la première fois de sa vie. Comme il écrit dans son poème Ça suffit :  

Pour l’homme, la réussite c’est le pouvoir, le sexe et l’argent

Pour moi, la réussite, c’est le talent, les mots et le pouvoir de ces mots

Dans son poème Pourquoi ? il exprime :

Pourquoi faut-il toujours être comme les autres ?

Pourquoi ne serais-je pas moi ?

Ce livre est sans aucun doute l’œuvre d’un homme unique, Fabien, le Poète Rebelle. 

Sur son album, où il lit quelques-uns de ses écrits à haute voix, il est accompagné par un piano (qu’il joue lui-même) et un violoncelle. Tant mieux, parce que ses écrits dramatiques sont faits pour être lus et entendus. Ça prend du courage pour se déshabiller en public, devant de parfaits inconnus ! 

Et il ne s’arrêtera pas au Tambour le Ste-Cath. Pour voir Fabien, le Poète Rebelle en performance, les billets seront très bientôt en vente pour la salle Claude-Léveillée de la Place-des-Arts de Montréal, le samedi 29 juin 2024 ! 


Pensées déshabillées par Fabien, le Poète Rebelle, est disponible chez Éditions TNT.

Lien à un autre article sur Fabien


Autres textes sur la Culture

Pour s’abonner à Reflet de Société, cliquez ici.

Pour faire un don, cliquez ici.

Continuez votre lecture:

Articles Liés

Nous Suivre

1,007FansJ'aime
475SuiveursSuivre
6,637SuiveursSuivre

Abonnez-vous à l’infolettre