La marche du pain et des roses

-

Le 26 mai 1995, 800 femmes résidentes de Montréal, Longueuil et Rivière-du-Loup se mettent en marche vers Québec. Elles manifestent contre la pauvreté des femmes au Québec, qui était en augmentation depuis 1993. Cet événement ce sera appeler La marche du pain et des roses.

Le Québec sera une des provinces des plus affectée, avec la hausse du taux de chômage de 8,1 % en 1990 à 13,2 % en 1993. Vivant sous le seuil de la pauvreté, les mères de famille monoparentales et les femmes se retrouvant au chômage seront les plus touchées par cette crise. La protestation avait pris la forme d’une marche entre Montréal et Québec, où il devait se tenir une manifestation devant l’Assemblée nationale pour dénoncer la détresse économique. L’organisation de l’événement était promue par la Fédération des femmes du Québec (FFQ).

La FFQ

Cet organisme voit le jour en 1966, 26 ans après l’obtention du droit de vote des femmes au Québec. La fédération avait comme but la défense des droits et des intérêts des femmes par la lutte sociale collective. La fondatrice est Thérèse Casgrain, représentante du mouvement suffragiste québécois entre les années 20 et 40. Mme Casgrain, avec Idola Saint-Jean (de l’Alliance canadienne pour le vote des femmes du Québec), seront les visages de ce mouvement qui mènera, le 25 avril 1940, au droit de vote et à celui de candidature électorale pour les femmes au Québec.

PayWall2

Ce contenu est réservé aux membres

Abonnez-vous pour avoir accès à tous les contenus de Reflet de Société.

Abonnez-vous

OU

Accéder à notre contenu gratuitement pendant 10 jours!

Inscrivez-vous!

Si vous êtes déjà abonné, veuillez vous connecter pour accéder à l'article.


Articles Liés

Coup d'œil

spot_img

En vidéo

La consommation de porno chez les hommes

Nous Suivre

1,007FansJ'aime
475SuiveursSuivre
6,916SuiveursSuivre

Abonnez-vous à l’infolettre