Je rap, donc je suis; La philosophie du hip-hop

-

Par Colin McGregor

Dossier Hip-hop

Je rap, donc je suis; La philosophie du hip-hop

Il est 1996.  Un jeune ado de 16 ans est confortablement installé dans le salon de ses parents, donnant sur le parc La Fontaine. Il écoute un documentaire sur le groupe de gangsta rap NWA, sur les ondes de la station publique des États-Unis, PBS. « Le son des musiques de Dr. Dre, » il nous confie, « m’est entré directement dans l’âme. »  L’énergie, l’esprit de rébellion, le commentaire social, l’esprit d’activisme… 

Ce même ado, passionné de philosophie, est Jérémie McEwen, aujourd’hui professeur au Collège Montmorency à Laval. Où il combine ses deux amours intellectuels pour enseigner un cours sur la philosophie du hip-hop.

PayWall2

Ce contenu est réservé aux membres

Abonnez-vous pour avoir accès à tous les contenus de Reflet de Société.

Abonnez-vous

OU

Accéder à notre contenu gratuitement pendant 10 jours!

Inscrivez-vous!

Si vous êtes déjà abonné, veuillez vous connecter pour accéder à l'article.


Philosophie du hip-hop : Des origines à Lauryn Hill Par Jérémie McEwen, Éditions XYZ

Crédit photo: Scott Beale


Autres textes sur le Hip-Hop

Pour s’abonner à Reflet de Société, cliquez ici.

Pour faire un don, cliquez ici.

Continuez votre lecture:

Articles Liés

Nous Suivre

1,007FansJ'aime
475SuiveursSuivre
6,637SuiveursSuivre

Abonnez-vous à l’infolettre