La plume est plus forte que le clavier ?

-

Un texte de Célie Dugand et Colin McGregor

Dossier Éducation

Sommes-nous en train de transformer les plus jeunes membres de la société en robots qui tapent toutes leurs notes d’école sur un ordinateur, sans réellement en saisir le sens ? Sommes-nous en train de créer une génération de dactylos qui ne réfléchissent pas à ce qu’on leur dit ?

L’ordinateur devient l’outil de prise de notes privilégié des étudiants. Pourtant, selon plusieurs études, l’écriture manuelle permettrait de mieux retenir les informations.

Étant donné que les élèves peuvent taper beaucoup plus rapidement sur un clavier qu’ils ne peuvent écrire, ceux qui utilisent des ordinateurs portables en classe ont tendance à prendre plus de notes que ceux qui écrivent à la main. D’après une étude norvégienne, les étudiants prenant des notes à l’ordinateur vont retranscrire 11 % du cours, contre 4 % pour ceux qui écrivent à la main. Cependant, ce n’est pas pour cela qu’ils obtiennent de meilleurs résultats.

Selon des études de l’Université de Princeton réalisées par les chercheurs Pam A. Mueller et Daniel M. Oppenheimer, les élèves prenant des notes à la main ont une meilleure compréhension et se souviennent davantage des informations, que ce soit à court ou à long terme.

L’écriture à la main est plus lente et plus fastidieuse que la dactylographie, et les élèves ne peuvent pas écrire tous les mots d’un cours. Au lieu de cela, ils écoutent, digèrent et résument afin de pouvoir saisir succinctement l’essence de l’information. Ainsi, prendre des notes à la main oblige le cerveau à s’engager dans un traitement cognitif plus profond, et ces efforts favorisent la compréhension et la rétention.

En revanche, lors de la dactylographie, les étudiants peuvent facilement produire un enregistrement écrit de la conférence sans en traiter le sens, car des vitesses de frappe plus rapides permettent aux étudiants de transcrire une conférence mot à mot sans consacrer beaucoup de réflexion au contenu.

Ce qu’en dit la science

D’après la même étude norvégienne, cette meilleure assimilation s’explique aussi par le fait que, dans le cerveau, l’écriture manuelle stimule les aires visuelles, mais aussi celles liées à la psychomotricité fine. De plus, selon une étude japonaise, utiliser un papier et un crayon permet des activations cérébrales liées à la mémoire, à l’imagerie visuelle et au langage lors de la récupération d’informations spécifiques plus fortes et l’encodage de ces informations est plus profond. C’est pourquoi les étudiants retiennent mieux quand ils prennent des notes à la main au lieu d’un clavier.

Selon l’orthopédagogue Josianne Parent, le geste moteur permet effectivement une meilleure rétention, mais le processus n’est toutefois pas aussi simple et son taux d’efficacité dépend des personnes. « C’est aussi le fait de diversifier les modes d’entrée qui permet une meilleure rétention. Certains apprennent mieux en parlant, d’autres en lisant, d’autres encore en écrivant. C’est pourquoi il est important de diversifier les méthodes à l’école », ajoute-t-elle.

En outre, l’utilisation d’un papier et d’un stylo permet de se déplacer très rapidement dans la page et d’encercler, souligner ou ajouter des informations supplémentaires dans les marges. Vous pouvez donc laisser valser votre plume sur le parchemin !


Autres textes sur l’Éducation

Pour s’abonner à Reflet de Société, cliquez ici

Pour faire un don, cliquez ici

Continuer votre lecture :

Articles Liés

Nous Suivre

1,007FansJ'aime
475SuiveursSuivre
6,637SuiveursSuivre

Abonnez-vous à l’infolettre