Les anglophones de la Côte-Nord, une minorité en détresse?

-

Les anglophones sont eux aussi victimes de la fracture économique du Québec, selon une étude. Et l’écart de richesse varie selon les différentes régions. Cet écart est particulièrement accentué chez les anglophones de la Côte-Nord.

« Ce rapport remet en question le mythe selon lequel les Québécois d’expression anglaise forment une communauté riche et homogène », explique Nicholas Salter, directeur général de la Table ronde provinciale sur l’emploi (PERT), qui a rédigé le rapport. Celui-ci s’appuie sur les données du recensement fédéral de 2016 ainsi que sur les données plus récentes de l’Institut de la Statistique du Québec.

L’étude révèle que dans la majorité des régions administratives du Québec, les Québécois anglophones ont un taux de chômage plus élevé que les francophones. « C’est particulièrement vrai sur la Côte-Nord, où le taux de chômage des Québécois d’expression anglaise est de 25,5 % en comparaison avec 11,8% pour les francophones », selon ce rapport. Les meilleures régions pour un anglophone en recherche d’un emploi sont le Saguenay-Lac-Saint-Jean et le Bas-Saint-Laurent.

PayWall2

Ce contenu est réservé aux membres

Abonnez-vous pour avoir accès à tous les contenus de Reflet de Société.

Abonnez-vous

OU

Accéder à notre contenu gratuitement pendant 10 jours!

Inscrivez-vous!

Si vous êtes déjà abonné, veuillez vous connecter pour accéder à l'article.


Articles Liés

Coup d'œil

spot_img

En vidéo

La consommation de porno chez les hommes

Nous Suivre

1,007FansJ'aime
475SuiveursSuivre
6,916SuiveursSuivre

Abonnez-vous à l’infolettre