Les cuisines collectives

-

L’insécurité alimentaire est un phénomène de plus en plus présent. Avec l’inflation des prix dans les supermarchés, plusieurs se sont intéressés aux cuisines collectives. Le principe derrière les 1200 cuisines collectives du Québec est simple : les participants partagent les coûts de la nourriture et le travail de préparation des repas afin de profiter des réductions des coûts. Un excellent moyen pour reprendre du pouvoir sur son alimentation dans la dignité, l’entraide et la bienveillance. 

Le mouvement a vu le jour en 1982 au Québec dans le quartier d’Hochelaga-Maisonneuve. Le Carrefour familial Hochelaga-Maisonneuve et La Marie-Debout participent à structurer La Cuisine Collective Hochelaga-Maisonneuve (CCHM) qui deviendra la plus grande de la province. Le projet fera boule de neige. En 1990, avec plus d’une centaine de groupes de cuisine collective, le Regroupement des cuisines collectives du Québec est créé.

Benoist De Peyrelongue, directeur-général du CCHM, explique l’impact que la pandémie a eu sur son organisme : « Ce n’est pas nouveau, c’est comme si le début de la pandémie avait réveillé la conscience collective de la sécurité alimentaire. »

PayWall2

Ce contenu est réservé aux membres

Abonnez-vous pour avoir accès à tous les contenus de Reflet de Société.

Abonnez-vous

OU

Accéder à notre contenu gratuitement pendant 10 jours!

Inscrivez-vous!

Si vous êtes déjà abonné, veuillez vous connecter pour accéder à l'article.


Articles Liés

Coup d'œil

spot_img

En vidéo

La consommation de porno chez les hommes

Nous Suivre

1,007FansJ'aime
475SuiveursSuivre
6,916SuiveursSuivre

Abonnez-vous à l’infolettre