Libération conditionnelle et totale ?

-

La Commission des libérations conditionnelles du Canada m’a récemment accordé ma libération conditionnelle totale. Une audience Zoom, deux commissaires posant des questions pointues pendant une heure, un ajournement de dix minutes, puis, le verdict, en ma faveur. Des décennies de travail pour me racheter se résumaient à un seul rapport. Les rouages ​​de la justice tournent.

Les effets ne se verront pas sur les pages de The Social Eyes, ni ne se feront sentir très fortement dans ma vie – sauf que je n’ai plus à retourner dans une maison de transition deux nuits sur sept. Maintenant, je suis responsable de faire ma propre nourriture et mon propre lit, et de payer mes propres factures, toute la semaine. C’est un gros problème pour quelqu’un qui a passé la moitié de sa vie en prison.

La liberté est quelque chose que vous n’appréciez pas tant que vous ne la perdez pas. Du moins, c’est vrai dans mon cas. La possibilité de simplement se lever du canapé et d’acheter un litre de lait au dépanneur est magique quand votre lait a été rationné depuis 29 ans.

Pourtant, toutes les conditions de ma libération conditionnelle demeurent, comme des barbelés de chaque côté d’une ruelle étroite. Si je bois de l’alcool, je retourne en prison. Si je retourne à Ottawa, la scène de mon crime crapuleux, idem. Les mêmes regrets me suivent également à travers mes jours et mes nuits. Les mêmes ombres assombrissent mon chemin devant moi. Je ne ferai jamais oublier ce que j’ai fait.

Dans les programmes à 12 étapes, ils vous enseignent à « Nous ne regretterons pas plus le passé que nous ne voudrons l’oublier. ». Ils soutiennent que dans votre état d’esprit passé, vous ne pouviez pas être la personne que vous vouliez être, que la maladie de l’alcoolisme limitait vos choix. Mais le regret est une chose difficile à secouer. Regardez-vous dans le miroir et vous n’aimerez peut-être pas toujours ce que vous voyez.

Pourtant, je ne suis pas amer pour tout le temps passé en prison. Ce n’était pas du temps entièrement perdu, après tout. J’ai donné des cours particuliers dans des écoles de prison, rencontré des gens que je n’aurais jamais rencontrés, assisté à des services religieux dans des chapelles de prison, pratiqué des sports dans le gymnase et dans la cour de la prison, lu avec voracité. J’ai écrit pour Reflet de Société, The Social Eyes et d’autres publications, ce qui m’a ouvert les portes de mon avenir quand j’en suis finalement sorti. Il y avait des gens derrière les barreaux qui avaient besoin d’aide, et j’ai été placé dans une position unique pour les aider.

Crimes utilitaires

Le sociologue français Émile Durkheim, décédé il y a plus d’un siècle, considérait le crime comme remplissant un rôle utile dans la société. Le crime prépare la voie à des changements utiles. Les crimes sont « un prélude utile aux réformes ». Il faut casser des œufs pour faire une omelette, c’est une autre façon de dire cela. Pour progresser, il faut de l’originalité ; même l’originalité du criminel. C’est une façon pour la conscience collective d’une société de se réveiller de son sommeil et de réfléchir.

Mon crime a certainement été un moment décisif pour moi, comme pour beaucoup. Engagé à 29 ans, cela m’a sorti du monde du journalisme, de l’écriture et de l’alcool, me faisant atterrir derrière les barreaux. Quand je repense à la douleur que cela a causée, je me demande si les modifications apportées à la loi ou à la vie des personnes concernées en valaient la peine.

Thomas Piketty, dans son livre révolutionnaire Le Capital au XXIe siècle, reprend cette théorie et l’impose au niveau international. Une société qui a subi un choc, comme une guerre ou une dépression, devient naturellement plus agréable après, argumente-t-il. Ils prennent soin des moindres d’entre eux ; les divisions politiques disparaissent ; l’écart de revenu entre les plus riches et les plus pauvres se réduit ; tout le monde s’unit pour rendre la société meilleure. 

Mais il faut un vrai choc pour que cela se produise. Cette théorie s’est avérée exacte à maintes reprises depuis la Rome antique. Pensez aux divisions politiques actuelles, à la disparition des partis centristes et aux écarts de revenus croissants de notre société actuelle, pour voir ce qui se passe au cours de 75 années de paix et de prospérité depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

J’aimerais penser que c’est ce qui m’est arrivé. Au Moyen Âge, une personne qui n’avait traversé aucune période difficile dans sa vie était considérée comme fondamentalement mauvaise. Aujourd’hui, nous appelons cela « affluenza », un mot apparu pour la première fois dans les médias américains il y a quelques années. Il décrit les personnes riches qui ne reconnaissent pas les conséquences de leurs actions qui causent des dommages mentaux ou physiques ou de l’angoisse aux autres. Il a été utilisé comme moyen de défense devant les tribunaux. Les personnes isolées de la société et de la souffrance sont également isolées de la compassion.

Un choc peut aussi être, à long terme, un salut.

Heureusement, nous vivons dans une société qui croit aux secondes chances. Maintenant c’est à moi de ne pas la perdre.

Version anglaise dans The Social Eyes


À lire :

https://www.refletdesociete.com/la-solitude-est-mauvaise-pour-votre-sante/

Articles Liés

Coup d'œil

spot_img

En vidéo

La consommation de porno chez les hommes

Nous Suivre

1,007FansJ'aime
475SuiveursSuivre
6,801SuiveursSuivre

Abonnez-vous à l’infolettre