0,00 CAD

Votre panier est vide.

Notre cerveau adore les fausses nouvelles

-

Fausses informations, rumeurs en tout genre et propagande, relayés par les réseaux sociaux se sont multipliés ces dernières années. Bien que ce phénomène ne soit pas inédit dans notre société, sa vitesse de circulation s’est intensifiée, encouragé par l’essor de nouveaux outils numériques. C’est un fait, nous pouvons tous diffuser des nouvelles massivement et rapidement, y compris celles non vérifiées. Mais pourquoi suscitent-elles plus d’engouement ? La raison serait psychologique.

Un texte de Alexandra Bachot – Dossier Internet

D’après une étude menée par le prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT) sur le réseau Twitter, les fausses informations se propageraient 6 fois plus vite que les vraies. Pour en arriver à cette conclusion, des chercheurs américains ont étudié 126 000 histoires en lien avec la politique, l’économie ou le terrorisme twittées entre 2006 et 2017. Au total, ces histoires ont été véhiculées (twittées ou retwittées) plus de 4,5 millions de fois par 3 millions de personnes.

En travaillant aux côtés d’organisations spécialisées dans la vérification d’information,  les chercheurs ont vérifié la véracité des histoires puis ont comparé leur propagation. Résultat :

Les histoires fausses mettent 6 fois moins de temps que les vraies à atteindre 1 500 personnes.

La conclusion est d’autant plus significative lorsqu’on compare les chiffres. Les 1 % d’histoires vraies les plus populaires touchent rarement plus de 1 000 personnes tandis que les histoires fausses les plus populaires dépassent régulièrement les 10 000 et parfois même 100 000 personnes touchées.

Et l’attrait de la nouveauté est un motif d’explication de cette distorsion. Les histoires inventées sont souvent inédites et suscitent donc plus d’engouement de la part des utilisateurs. Sans surprise, ce sont les jeunes qui sont en première ligne face aux fausses nouvelles puisqu’elles envahissent les réseaux sociaux, plateformes dont ils sont particulièrement friands. Une omniprésence qui les rend plus vulnérables à la diffusion et à la réception des fausses informations.

En complément à Reflet de Société +

L’émission Corde sensible a rencontré une personne partageant des fausses informations pour comprendre son comportement. Une entrevue édifiante.

Articles Liés

Coup d'œil

spot_img

En vidéo

Rencontre: David Goudreault et Raymond Viger

Nous Suivre

984FansJ'aime
332SuiveursSuivre
7,219SuiveursSuivre

Abonnez-vous à l’infolettre