Un village ukrainien dans les Cantons-de-l’Est

-

Dans un coin des Cantons-de-l’Est, au long du lac Memphrémagog, juste au nord de Vale Perkins, dans le canton de Potton, une modeste enseigne indique : Vorokhta (Bopoxтa, en ukrainien). C’est à cet endroit qu’en 1954, les Ukrainiens fuyant la persécution des communistes dans leur pays d’origine, se sont construit une nouvelle vie.

Ivan et Stefania Telishewsky ont acheté une ferme sur ce site et ont laissé d’autres réfugiés ukrainiens vivre sur leurs terres, en leur louant des chambres dans leur ferme. Après peu de temps, certains Ukrainiens achetèrent de petits terrains et y construisirent leurs propres maisons. Les Telishewsky ont donné comme nom au site Vorokhta, le nom de leur village natal, une station balnéaire des Carpates ukrainiennes, qui leur rappelait le paysage autour de Vale Perkins, et de Potton.

Environ 30 familles ukrainiennes se sont installées dans la région. La plupart utilisaient leurs maisons comme résidences d’été et retraites de week-end et vivaient à Montréal le reste de l’année.

Les Ukrainiens ont été rapidement acceptés par leurs voisins plus établis, se souvient un ingénieur à la retraite qui a passé plus de 60 étés à Vorokhta : « Je pense que les Anglais et les Français ont vite compris que la communauté ukrainienne n’était pas là pour les submerger, qu’ils étaient honnêtes et travaillants, et qu’ils étaient là pour rester. »

Leur patrie leur manquait, mais pas leur gouvernement : « La plupart des Ukrainiens qui sont venus à Montréal après la Seconde Guerre mondiale se sont retrouvés là-bas parce qu’ils ne pouvaient/voulaient pas retourner en Ukraine à cause du régime communiste là-bas », se souvient l’ingénieur à la retraite. « C’est vrai pour tous les Ukrainiens qui se sont retrouvés n’importe où après la Seconde Guerre mondiale. Alors oui, il y a eu un déplacement et une perte de domicile. Il y avait aussi un sentiment de “nous n’allons pas pouvoir y retourner”. Faisons notre propre “Ukraine” ici : églises, entreprises, écoles, journaux, etc., et gardons l’Ukraine libre et vivante ici. »

Une chapelle en bois a été construite sur le site en 1954, dédiée à Jean-Baptiste, saint patron de Québec et d’Ivan (Jean) Telishewsky. Elle a été reconstruite en 1985 pour imiter le style d’une église du XVIIe siècle qu’on peut retrouver à Vorokhta, en Ukraine. Cette chapelle reconstruite est aujourd’hui visible du chemin du Lac, mais il faut une autorisation pour y entrer.

À quel point l’invasion russe a-t-elle été un choc pour notre ingénieur à la retraite ? « Ce n’était pas un vrai “choc”, parce que je savais que ça arriverait », déplore-t-il. « C’était plus du suspense de “quand cela arrivera-t-il?” D’après les nouvelles, vous pouviez voir le début et l’accumulation quotidienne des forces d’invasion russes, de plus en  plus chaque jour, jusqu’à ce que vous ayez le sentiment qu’il y avait suffisamment de troupes là-bas pour commencer l’invasion. Puis, ça a commencé. Et, le déni quotidien qu’il allait y avoir une invasion – était quelque chose qu’il fallait ne pas croire. Qu’est-ce qui s’était  passé et de quelle façon ça s’est fait n’a pas non plus été un véritable choc – regardez les guerres aux nouvelles dans les dernières années vous a préparé à ce qui vous attend dans une guerre urbaine. Le plus triste, c’est que c’est votre pays qui est en train de tomber en miettes. Et pourquoi? »

L’église de la vallée de Potton a déjà organisé une collecte de fonds pour la Croix-Rouge ukrainienne, symbolisant que les liens anciens entre la communauté ukrainienne et cette région ne se sont jamais éteints.


Les Russes anti-guerre manifestent au centre-ville de Montréal

Le 8 mai dernier, les larges trottoirs de la rue Ste. Catherine ouest était bondés de piétons pour le plus beau jour de l’année jusqu’à ce moment-là. Les acheteurs et les badauds semblaient détendus et imperturbables face aux soucis du monde.

Mais à deux cent mètres de là, sur la Place du Canada, devant l’imposant édifice Sun Life, une quarantaine de Russes manifestaient contre la guerre sanglante que leur patrie natale mène en Ukraine.

Il y avait des discours en russe, deux caméras de télévision et un groupe de personnes très sérieuses et concernées, certains agitant des drapeaux et des pancartes.

Sont-ils inquiets que la police secrète russe se retourne contre eux pour ce genre de protestation ? « Si nous étions en Russie, oui », a déclaré un manifestant brandissant un drapeau. « Mais ils ne peuvent rien nous faire ici. En Russie peut-être… mais je m’en fous. »

Les manifestants et autres passants ont été invités à contribuer aux organisations d’initiatives locales. « Avec de petites initiatives, nous savons que l’argent passe », a déclaré Varvara, qui portait une pancarte. « Nous pouvons voir des images de l’argent et de l’aide qui arrivent. Les organisations communautaires envoient l’argent et les biens, puis fournissent la preuve de la destination de cette contribution », a-t-elle déclaré.

La manifestation de l’après-midi a duré environ une heure et demie.

L’ambiance était paisible. « Nous devons continuer à parler », a déclaré Varvara. « Sinon, ce ne sont que des statistiques et des chiffres et les gens oublient la guerre derrière tout cela. On s’y habitue. Mais quand les gens entendent des petites histoires, des petits drames, surtout sur les jeunes qui souffrent, alors vous comprenez qu’il y en a des milliers à qui cela arrive. »


À lire aussi :

Version anglaise sur The Social Eyes

Articles Liés

Coup d'œil

spot_img

En vidéo

La consommation de porno chez les hommes

Nous Suivre

1,007FansJ'aime
475SuiveursSuivre
6,800SuiveursSuivre

Abonnez-vous à l’infolettre