Fausse représentation de Bell: téléphonie, Internet et télévision

 

Protection du consommateur

Les sous-contractants de Bell

Quand on cogne à votre porte, c’est pas parce qu’on se présente comme vendeur de Bell que nous avons la crédibilité et le sérieux de l’entreprise.

Raymond Viger   Dossier Protection du consommateur

internet cellulaire bell vidéotron téléphonieLongue histoire qui en dit long sur Bell Canada. On cogne à la porte. C’est un représentant de Bell. Il nous propose un meilleur forfait que Vidéotron. Il nous donne son numéro de cellulaire en disant qu’on peut l’appeler directement pour régler tout problème éventuel. Il nous garantit que nous payerons moins cher. Il nous garantit que nous serons avisé s’il y avait des frais supplémentaires. Il nous garantit que son forfait saura satisfaire tous les besoins de mon garçon Patrick.

Je recommande donc à Patrick de signer une entente avec Bell. Moins de 48 heures après l’installation de Bell, je reçois un avis mentionnant que nous avons déjà atteint le maximum de notre forfait. J’appelle le représentant sur le numéro qu’il nous a laissé. Sa boîte vocale est pleine et le demeurera pendant plusieurs jours. Quand je réussis à atteindre sa boîte vocale, il ne retournera jamais mes messages.

Déception envers Bell

bell canada téléphonie cellulaire internet forfaitDéçu que le forfait proposé ne réponde pas à nos besoins. Déçu que le représentant, supposément à notre service, ne retourne pas ses appels, j’appelle le service après-vente de Bell pour annuler mon forfait et revenir à Vidéotron. Ce que j’en comprends c’est que ces gens qui font du porte-à-porte au nom de Bell ne sont que des souscontractants à la commission et qui nous compte n’importe quelle histoire pour signer un nouveau client. Une belle gang de menteur finalement.

En tentant de revenir avec Vidéotron, nous nous apercevons alors que le technicien de Bell, lors de son installation, est reparti avec les équipements de Vidéotron. Équipements qui ne m’appartiennent même pas mais dont nous sommes responsables.

Les employés de Bell et les souscontractants

En appelant au service à la clientèle de Bell pour comprendre ce qui s’est passé avec les équipements, on me mentionne que le technicien n’est pas supposé faire cela et qu’ils vont faire enquête. J’en comprends alors que les techniciens de Bell qui vont les installations sont encore des souscontractants et que Bell, encore une fois, semble vouloir se laver les mains des ces gens de l’externe.

L’enquêteur nous rappelle pour nous dire que Bell n’est pas responsable. Au moment de l’installation, le technicien a fait signer un papier à Patrick mentionnant qu’il a fait la demande de reprendre les équipements de Vidéotron!

  • Primo, Patrick ne l’a jamais vu repartir avec les équipements.
  • Secundo, quand le technicien a terminé son installation, il demande de signer un formulaire avec un million de petits caractères mentionnant que c’est pour justifier qu’il a fait l’installation. Il ne dit cependant pas que ce formulaire fait la demande de retirer les équipements de Vidéotron.

Nous sommes revenus à Vidéotron. Nous avons demandé de débrancher tous les équipements de Bell après quelques semaines. Depuis maintenant presque 4 mois, Bell continue de facturer le double du forfait que nous avions signé et ce, malgré que nous n’utilisons même pas leur service!

Morale de cette histoire: ne pas faire confiance aux vendeurs porte-à-porte même s’ils représentent de grandes entreprises telles que Bell ou Vidéotron.

Morale de cette morale: si vous voulez obtenir un service de Bell ou de Vidéotron, appelez leur bureau ou rendez-vous dans leur magasin. Des employés permanents avec des salaires réguliers vont vous répondre. Pas des employés de passage à la commission.

Fantasme pour une justice sociale: ce n’est pas le premier billet que j’écris décrivant mon insatisfaction envers des entreprises de téléphonie telle que Bell ou Vidéotron. Des émissions de protection du consommateur telle que l’émission JE ont déjà présenté plusieurs reportages montrant l’indécence des compagnies de téléphonie. À quand l’imputabilité de ces entreprises?

Je n’ai pas le temps, mais question de principes, j’ai le goût d’aller au bout de cette histoire.

Histoire à suivre. Je vous tiens au courant.

autres textes protection du consommateur:

Abonnement au magazine Reflet de Société

magazine revue journal édition journalisme presse écrite communautaireInternet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Pourquoi s’abonner à Reflet de Société?

  • Le citoyen est au cœur de notre mission
  • Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société
  • Un espace ouvert aux lecteurs pour prendre la parole, partager leurs expérience et faire progresser les débats
  • Un magazine d’information entièrement indépendant, financé par ses milliers d’abonnés aux quatre coins du Québec
  • Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à l’organisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009 Par Internet: http://www.refletdesociete.com/abonnement.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

1 Rétrolien / Ping

  1. Condamnation de Burger King Burger King et la publicite pour enfants